Des projets routiers onéreux et inquiétants, et aucune alternative de transports en commun efficaces.
Partager

« Nous demandons un vrai débat public ! »

Les elus décideurs nous préparent un bassin de vie fondé sur le « tout voiture », partout synonyme de pollution et d’embouteillages : nous refusons cette orientation !

Le 27 juin 2016, le Conseil départemental (CD74) et la Communauté de l’agglomération d’Annecy (C2A) ont signé une convention de financement global à hauteur de 432 millions d’Euros (8 fois le coût prévisionnel du centre des congrès) pour tous les projets routiers programmés dans l’agglomération annécienne.

« Avec le tunnel le trafic va augmenter de 48% sur le secteur Duingt-Sevrier »
Officiellement, ces projets vont « fluidifier » le trafic. En réalité, ces projets vont faire exploser le trafic des véhicules individuels et des poids lourds. « Les chiffres officiels fournis par le CD 74 (étude BG) montrent qu’avec le tunnel le trafic va augmenter de 48% sur le secteur Duingt-Sevrier à l’horizon 2030, alors que la rive Ouest du lac est déjà saturée chaque matin et chaque soir, comme l’est d’ailleurs la rive Est. Ce n’est pas ce que nous voulons pour notre bassin de vie. » (E.Luca, B.d’Halluin*)

Si nous ne réagissons pas, les transports collectifs et les modes doux vont rester les parents pauvres des offres de mobilités sur le bassin annecien, avec une aggravation des conséquences en termes de pollution et de santé publique et l’hyper-congestion de la circulation

Les élus décideurs veulent éviter un vrai débat public sur l’ensemble de leurs projets : quelles en sont les raisons cachées ?

« Voilà deux ans que nous avons demandé aux élus d’organiser un grand débat public, un « Grenelle des transports et de la qualité de l’air du bassin annecien » pour que les habitants puissent être correctement informés de leurs projets et se prononcer en connaissance de cause sur des solutions aptes à mieux répondre à leurs besoins de mobilité pour les 15 ans qui viennent. Notre demande a été rejetée, mauvais coup à la démocratie locale. » (O. Labasse) Ces projets engagent notre avenir, notre qualité de vie, notre santé et celle de nos enfants, ainsi que notre économie, y compris touristique. Ils ont été volontairement découpés en plusieurs projets pour passer sous les seuils de déclenchement d’un vrai débat public. Ceci pour éviter d’avoir à présenter leurs conséquences globales en termes de pollution, de santé et de trafic.

Puisque les élus décideurs ne veulent pas nous entendre, nous en appelons officiellement à la Commission Nationale du Débat Public (Lire la lettre envoyée au Pdt)

« Nous attendons de la CNDP qu’elle demande aux élus décideurs de revoir leur position »
Notre collectif des 15 associations avait déjà alerté en 2015 la Ministre de l’Environnement sur les orientations qui se profilaient sur le bassin annecien. Les décisions ont malgré tout été prises par les élus locaux, et nous les contestons. « Placés devant ce fait accompli, et pendant qu’il n’est pas encore trop tard, nous venons d’écrire à la CNDP pour contester le périmètre réduit sur lequel le Conseil Départemental entend conduire le débat. Nous attendons de la CNDP qu’elle demande aux élus décideurs de revoir leur position » (JP. Crouzat)

Habitants du bassin annecien, nous vous alertons : aidez-nous à obtenir un vrai débat citoyen sous l’égide de la CNDP !
(*) les personnes citées font partie du collectif Grenelle des transports et de la qualité de l’air