Les camions sur le rail, maintenant et pas dans 10 ans !
Partager

train436348

Le 2 juin 2012, le Centre International de Recherche sur le Cancer qui fait partie de l’OMS a classé les gaz d’échappement des moteurs Diesel comme étant cancérogènes pour l’homme (Groupe 1), sur la base d’indications suffisantes prouvant qu’une telle exposition est associée à un risque accru de cancer du poumon (cf. communiqué de presse)

Le 3 décembre 2012, le ministre des transports a réduit l’augmentation tarifaire prévue aux tunnels du Mont-Blanc et du Fréjus. Le même jour il a décidé d’ouvrir à la circulation la galerie de sécurité du tunnel du Fréjus, normalement réservée aux pompiers.

Un accord franco-italien prévoit de mettre en œuvre le transfert des camions et marchandises sur le rail avant le 31 janvier 2013, mais rien n’a été fait

Les camions les plus polluants Euro 1 et 2 ont été interdits au Mont-Blanc et se sont reportés sur Chambéry et la Maurienne mettant ainsi les riverains en péril.

Depuis 2002 les ministres des transports déclarent que la ligne existante pourrait transporter 300 000 camions. Elle n’en transporte que 30 000, laissant 270 000 camions polluer les vallées. Bien que modernisée et améliorée, elle transporte moins de marchandises qu’en 1983. et elle est utilisée à 17 % de sa capacité : les camions qui circulent sur la route pourraient déjà y être reportés.

L’absence de mesures pour réduire le trafic routier des marchandises semble pouvoir être qualifiée pénalement conformément à l’article 121-3 du Code Pénal puisqu’elle constitue une mise en danger de la vie d’autrui. Les risques d’apparition de cancers du poumons consécutivement à l’exposition aux émissions des moteurs diesel ne peuvent être ignorés, alors même que l’infrastructure ferroviaire permet de transporter largement les marchandises circulant sur la route.

Dans ce contexte, des citoyens ont choisi de déposer une plainte contre X auprès du Procureur de la République de Chambéry

Vous pouvez consulter le texte de la plainte … et bien-sûr aussi porter plainte.

Michèle Rivasi, quant à elle, le fera jeudi 15 mai, à 10 h à Chambéry.

plainte